Propos I

1. De la Littérature à la Science de l’homme
Je vais commencer, par une rapide mise en perspective historique, dans la mesure où, dans notre monde où le lien de la culture et de l’écriture a commencé à se dénouer, on ne peut pas empêcher les Lettres de persister. Mais elles persistent dans le sens manifeste d’un déplacement progressif. lire la suite

2. Au-delà de l’homme mental et de l’homme neuronal
Pour élaborer une authentique science de l’homme, il convient, non seulement se débarrasser des littéraires, mais, aussi, de l’antagonisme du neurone (le nerf, qui est du côté du corps) et de la psuchè … lire la suite

3. Qu’est-ce que penser?
Nous nous heurtons, d’entrée de jeu, à une très grosse difficulté, qui réside dans la distinction qu’il convient d’établir soigneusement entre, d’un côté, le langage proprement dit, c’est-à-dire les processus cognitifs propres à la locution … lire la suite

4. Manières d’écrire
Si vous acceptez que le concept fait partie intégrante du signe, vous savez déjà que le concept puisse s’écrire. Il y a là quelque chose dont je vous ai déjà entretenu, lorsque j’ai abordé avec vous la question de l’idéogramme (le chiffre) et de l’idéodrame (le rite)… lire la suite

5. Imposture de l’esthétique
Pour préparer cette causerie, j’ai ouvert le Petit Robert, et j’ai  pu lire, à l’entrée « esthétique » le début de définition suivant : « science du beau… ». J’ai  immédiatement cessé ma lecture, parce que  dans ces seuls trois mots s’exprimaient suffisamment clairement l’imposture de l’Esthétique… lire la suite

6. La liberté d’expression
Le titre de mon propos ne doit pas vous égarer. Il laisserait supposer que j’adhère à l’opinion commune qui ferait de la liberté d’expression une liberté à côté, par exemple, de la liberté d’opinion, de la liberté de circulation, d’information ou de je ne sais quoi, autrement dit que le mot de liberté serait susceptible d’être employé au pluriel, en fonction de tel ou tel contenu que l’on pourrait mettre derrière le concept… lire la suite

7. Science, croyance et foi
Si l’on veut que la question de la foi (question fondamentale pour comprendre le monde comme il va) soit aujourd’hui posée en termes adaptés à notre époque, il faut la formuler autrement que ne font les théologiens du Vatican et les penseurs religieux, si tant est que, depuis la disparition de Jean Gagnepain, il en reste !… lire la suite

8. Les mathématiques : un jeu d’enfant ?
Apprendre aux enfants à compter ? Vous voulez rire ! N’importe quel gamin de deux ans et demi, dès qu’il dit « dodo » ou « am stram gram, pic et pic et colé gram, bour et bour et ratata, etc. » fait des hautes mathématiques, sans même savoir les tables de multiplication… lire la suite

9. De la langue
Aujourd’hui, c’est par une définition que je commencerai, celle de la langue comme lieu de la contradiction dialectique de l’appropriation et de l’échange linguistiques, afin de bien marquer, d’entrée de jeu, le changement complet de perspective qu’il nous faut opérer par rapport à ce que je vous ai dit lorsque j’ai tenté d’apporter une réponse à la question « Qu’est-ce que penser ? »… lire la suite

10. Les signes du temps
Une culture qui n’aide pas à comprendre son époque est une culture totalement vaine. Autrement dit, nous avons besoin, aujourd’hui, d’une culture qui nous permette de formuler de nouvelles problématiques afin d’entrer dans un monde auquel nous confronte la mutation que nous sommes en train de vivre, et, quand je dis « mutation », je devrais dire en réalité, la nouvelle Renaissance… lire la suite

11. De la connerie à la bêtise humaine
Voilà un sujet qui me paraît tout à fait d’actualité, en France du moins, d’abord parce que nous sommes en pleine période de rentrée scolaire et universitaire, et, d’autre part, parce que nous assistons à l’effondrement de la totalité de notre système éducatif (de la maternelle à l’université). Né, comme vous le savez avec Jules Ferry, il est, aujourd’hui, raide comme un cadavre… lire la suite

12. L’Homo faber
Puisque, la dernière fois, j’ai dénoncé la prégnance, en Occident, du logocentrisme, je voudrais profiter de l’occasion pour vous dire quelques mots de l’Homo faber, autrement dit de la façon dont l’homme structure son activité exactement comme il structure sa représentation (sa perception, ou encore son percept) pour en faire du signe. A vrai dire le processus de la rationalité verbale et celui de la rationalité technique sont parfaitement analogueslire la suite

13. La formation du citoyen
Ne croyez pas que je perde de vue mon sujet. C’est bien d’éducation qu’il s’agit, mais comment voulez-vous que l’on y voie clair si l’on ne se donne pas le cadre approprié. Ainsi, par exemple, s’agissant des mathématiques, vous voyez d’où vient la difficulté de son enseignement : c’est une langue qui ne se parle pas, mais qui s’écrit seulement vous disais-je. Vous voyez la situation des élèves ! Imaginez que l’on dise à un gamin de trois ans : « Tu ne parleras le français que quand tu sauras l’écrire ». Vous pouvez être sûrs qu’il ne parlera jamais… lire la suite

14. Le naufrage de l’autorité
Vous connaissez sans doute ce que Victor Hugo fait dire à Jean Valjean dans « Les Misérables » : « Une école qu’on ouvre, c’est une prison qu’on ferme ». Eh bien, en dépit de nos nombreuses écoles, nos prisons débordent, preuve qu’il ne suffit pas de lire, chez Corneille :« Je suis maître de moi comme de l’univers », pour accéder à la maîtrise de soi ! Ce serait trop beau ! C’est que Victor Hugo confondait « prof » et « moniteur ». Et dans le domaine qui nous occupera aujourd’hui, vous comprenez toute l’importance de ce monitorat dans le domaine, non plus de la formation du citoyen (plan de la rationalité sociale), mais dans le domaine de ce que l’on appelle la morale, c’est-à-dire de la maîtrise de soi fondatrice de la liberté… lire la suite

15. Fascisme et anarchisme
La question est tout à fait actuelle, dans la mesure où il touche au problème de la légitimité du pouvoir. Attention je dis bien la légitimité, et non la légalité. La légitimité relève de la morale, la légalité relève de la société. Question très délicate. Le nœud  du légal et du légitime se trouve dans ce que l’on appelle « pouvoir » ou « gouvernement » ou encore « autorité », puisque le pouvoir, quel qu’il soit doit (ou devrait) légaliser le légitime, c’est-à-dire que le problème de tout gouvernement consiste dans une quête de la légitimité. Il ne suffit pas d’être légal, il faut encore être légitime… lire la suite

16. Le nouvel “opium du peuple”
Ce n’est plus la religion qui, aujourd’hui, est devenue un « opium du peuple », c’est l’argent, version tout à fait actuelle des « paradis artificiels ». Voyez comme, de tous les coins de l’Europe, les gens se sont rués, tout récemment, en Italie pour jouer au loto dans l’espoir de gagner un magot mirobolant (147 millions d’euros !). Preuve que l’on n’attend plus rien d’un quelconque bonheur « au-delà ». On cherche à se fabriquer un paradis artificiel, c’est-à-dire un bonheur « déjà-là ». Autrement dit, la galette (le « pognon ») : voilà la nouvelle eschatologie. C’est Saint Barth, la « dolce vita », le confort, bref, le paradis anticipé. Il n’y a plus de paradis qui ne soit fiscal, et « nos valeurs » n’existent plus qu’en Bourse… lire la suite

17. Les pathologies de l’être
En parlant de l’ « être », je ne l’écris pas avec une majuscule, parce que vous savez que, pour les médiationnistes, il n’existe pas d’ « Etre » en soi. Si la Théorie de la Médiation est bien une théorie de la raison, cette théorie est non philosophique, et c’est pourquoi elle ne peut entretenir que de mauvais rapports avec la tradition des « philosophies de l’Etre ». Vous savez que pour Aristote l’Etre est une substance ( un « hupochéimenon ») soumise aux accidents du devenir, tout en lui restant coextensive : dire « le chien court », c’est dire, en réalité, « le chien » (substance) est courant » (accident). Pour Aristote, mais également ensuite pour Descartes, l’Etre est au centre des choses… lire la suite

 

Partagez cet article :
  • Print
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Live
  • MySpace
  • PDF
  • RSS
  • Twitter
  • Wikio FR
  • email

Les Commentaire sont clos.